Grand Reset: 4 applis blockchain à créer pour sauver la société de l’effondrement

  • par

Le grand reset avance à grand pas avec son lot de faillites, de propagande honteuse, de pertes de liberté et de censure en masse. Beaucoup d’entre vous en ont déjà fais les frais, et le futur semble de plus en plus incertain, nous poussant à nous réveiller pour prendre notre responsabilité et notre avenir en main plus que jamais.

Solutions locales pour un renversement global

Le temps nous est compté à présent, donc il faut absolument allier l’action à la réflexion. Aujourd’hui nous allons proposer 4 types d’applications blockchain à créer qui pourraient bien participer à sauver notre société dans un avenir proche – et nous même au passage.

Initialement conçus comme des projets à garder secrets le temps de les développer, nous avons décidé de les partager afin d’offrir l’opportunité à tous, et nous vous aideront même à le faire ! Pourquoi ? car nous sommes convaincus que nous bénéficieront tous d’une société où ils existent. Les partager est donc pour nous une façon d’investir dans un avenir meilleur.

Ces projets sont tous axés autour de notre devise de créer des « solutions locales pour un renversement global ». Elles sont donc conçues pour être d’abord mises en place à petite échelle, avec la vocation de pouvoir grandir pour se répandre dans la société jusqu’à renverser la corruption partout où elle est installée.

Projet 1 : soutenir l’économie locale

Soyons honnêtes, le boycott ne marche pas, et l’histoire récente ne nous l’apprends que trop bien. N’avez vous jamais pensé à boycotter une enseigne suite à une info qui allait à l’encontre de vos valeurs, pour finalement réaliser que vous avez oublié et êtes allé acheter chez eux quand même. Nous l’avons tous fait. Pourquoi ? car c’est trop d’effort de chercher une info pour ne pas aller quelque part. Il faut penser inversement: soutenir financièrement ceux qui partagent nos valeurs de liberté et agissent pour la préserver.

L’idée de ce projet serait de mettre à disposition de tous un outil blockchain incensurable permettant de géolocaliser des activités sur une carte. Un exemple est animap.fr, un annuaire de commerces et professionnels qui refusent la discrimination et ségrégation créée par le fait d’exiger un dépistage ou une preuve de vaccination envers leurs clients, ce qui serait une violation du droit au secret médical. Avec plus de 1300 professionnels inscrits en 1 semaine, le site est déjà un véritable succès.

Cependant il est géré par des bénévoles, son cadre d’application est limité à un seul cas. Il est aussi hébergé sur un domaine .fr que le gouvernement français est capable de saisir. Si ça arrivait, les données seraient probablement perdues car elles sont uniquement sur les serveurs du site qui n’existerait alors plus. Enfin, le projet est géré entièrement par des dons ce qui veut dire qu’en cas d’arrêt des dons, les données risquent aussi d’être perdues. Il faut aussi considérer que cette action étant totalement publique, donc certains pourraient hésiter à s’inscrire par peur de futures représailles.

Mise-à-jour: ce que nous avions prédit s’est produit après quelques mois: les autorités ont utilisé le site pour traquer les résistants. Le site à donc été obligé de réduire drastiquement l’accès aux données, et son utilité en est gravement impactée.

La blockchain à la rescousse

Développer un projet similaire sur la blockchain permettrait instantanément d’empêcher toute censure, les données étant infiniment plus difficiles à supprimer une fois qu’elles sont sur la blockchain. On suppose que ça doit être possible, mais à ce jour ce n’est jamais arrivé, pas une seule fois en plus de 10 ans à notre connaissance.

Ensuite, utiliser un protocole blockchain permettrait à n’importe qui de lancer son propre « animap » sur le thème de son choix, en un clic. Si demain le gouvernement annonce un nouveau type de mesure coercitive violant la liberté individuelle, vous pourriez en 5 minutes lancer votre propre version d’animap basée sur cette annonce. Remarquez bien que ce genre d’action qui vise à s’organiser pour adapter notre mode de vie est infiniment plus efficace que toutes les « pétitions » que vous avez (comme nous) signé par centaines, probablement en vain.

Cet outil donnerait donc aux résistants une capacité d’organisation ultra rapide de création de mouvements de soutiens à ceux qui défendent la liberté.

Même en cas de saisi ou censure du domaine par le gouvernement, les données ne seraient pas perdues car le site ne serait qu’une fenêtre de la blockchain. Cela veut dire qu’on pourrait avoir des centaines de sites animap lancés par des centaines de personnes et hébergés dans des centaines de pays, qui fonctionneraient ensemble avec les mêmes données en synchronisation instantanée.

Enfin, la question du financement reste complexe. L’avènement des micropaiements rendus possibles par la blockchain (c’est-à-dire, des paiements instantanés de l’ordre de 0.001€) résoudra cette question. Mais cela n’arrivera qu’une fois que tout le monde aura les outils pour les utiliser facilement. On peut imaginer que chaque visionnage de la carte du site coûte 0.01€ par exemple, ce qui est quasiment gratuit pour l’utilisateur mais peut vite permettre de financer un site comme animap. Ou bien on peut rester sur un système de dons rendus plus faciles grâce aux paiements incensurables.

LIRE  Discours de Francisco d’Anconia sur l’argent (La Grève)

Enfin on peut imaginer que certaines personnes hésiteraient à s’inscrire sur animap par peur de représailles. Ce n’est peut-être pas le cas encore, mais ça pourrait le devenir (mise-à-jour: c’est exactement ce qui s’est produit). La blockchain permettrait d’explorer des solutions semi-privées. Par exemple, on pourrait avoir en public juste le thème du commerce et sa position géographique approximative, et devoir demander l’accès à l’information détaillée comme le nom exact, la position et les moyens de contact. Cette demande d’accès serait enregistrée elle aussi dans la blockchain, créant alors un système de réputation des clients similaires à ceux utilisés sur des applications comme Uber.

Certains commerces pourraient limiter l’accès à leurs informations en demandant un bon niveau de réputation client. Si par la suite on apprenait qu’un commerce à été dénoncé, on pourrait recouper les informations de façon à bannir le compte du client. Le commerce pourrait aussi inscrire sur la blockchain qu’il fait confiance à ses meilleurs clients, permettant à leurs amis (et uniquement eux) de le trouver aussi. Les possibilités à ce sujet sont infinies.

Projet 2 : réseaux sociaux anti-censure

La censure à désormais pris une ampleur sidérante. Tout y passe: réseaux sociaux, app stores, tchats privés, systèmes de paiements, etc. Tout le monde à été soit une victime directe, soit à au moins entendu parler de quelqu’un qui s’est fait bannir ou censurer pour des motifs abusifs.

La censure internet en France, comment la contourner ? | LCDG

Notez qu’en termes de censure Facebook, la France, malgré la propagande gouvernementale de « pays défenseur de la liberté d’expression », est en tête. Notez bien la petite étoile en bas qui précise: « contenus bloqués suite à des requêtes gouvernementales ».

Comment peuvent-ils se permettre de faire cela ? tout simplement car des entreprises centralisent le contrôle en vous enfermant dans une prison dorée qu’on appelle l’effet de réseau.

L’effet de réseau en soit est une chose magnifique, c’est le fait que plus vous faites partie d’un grand réseau, plus les interactions sont riches. Le problème c’est que les GAFA ont conçu tout leur modèle de financement autour de la stratégie de garder un contrôle total sur ce réseau afin de pouvoir vous enfermer dedans. C’est ce qui fait que tout le monde dit « je suis sur Facebook juste parce que la majorité de mes amis y sont », et vos amis se disent ça aussi ! Ensuite, ils utilisent cet enfermement pour collecter vos données et vous vendre comme produit à des publicitaires.

Sur facebook ou twitter vous n’êtes pas un client. Leurs clients sont les publicitaires. Et vous ? vous êtes le produit. Cela suit bien sur la fameuse maxime « quand c’est gratuit, c’est toi le produit ».

Comment en sommes nous arrivés là ? La raison principale est liée à l’avènement de l’ère de l’information. Avec la télévision et ensuite internet, nous avons découvert des moyens puissants de propager de l’information rapidement, efficacement et économiquement à tout le monde. Mais la technologie de la monnaie n’a pas suivie le rythme des innovations, et même aujourd’hui il vous est impossible de faire un paiement instantané de quelques centimes par internet avec votre carte bancaire.

Or, les journaux papiers arrivaient à rester indépendants car ils étaient financés par leur clients. La télé et les réseaux sociaux n’ont pas pu faire cela par incapacité à obtenir des micro-paiements de leurs utilisateurs, ils ont donc dû les transformer en produits à vendre à des publicitaires.

Arrêtez de donner vos données et votre créativité à ces plateformes qui vous enferment dans un effet de réseau et qui suppriment du jour au lendemain tout votre travail de plusieurs années. En plus, ils font ça après avoir grassement profité de vous par la revente de vos données et via la publicité grâce au trafic généré par vos publications. Il est l’heure de renverser cette corruption.

Nous pouvons aujourd’hui créer des réseaux blockchain décentralisés et incensurables, c’est le cas du célèbre réseau Twetch par exemple. Non seulement ils s’auto-financent par leurs utilisateurs via les micro-paiements et ne sont donc pas dépendants de publicitaires, mais ils permettent de garantir que les publications ne peuvent pas être falsifiées. Grâce à la blockchain, ils rendent quasi impossible la censure et donc garantissent une bien meilleure liberté d’expression. Enfin, ils n’enferment plus dans un effet de réseau puisque le réseau est grand public, et Twetch ne devient qu’un portail parmi pleins d’autres permettant d’accéder au réseau qui lui est public sur la blockchain.

LIRE  Vote électronique: la blockchain peut-elle prévenir les fraudes ?

Le seul problème, c’est que les portails de réseaux blockchain existants aujourd’hui sont quasiment tous en anglais, il y a donc un véritable besoin de créer des réseaux blockchain francophones.

Projet 3 : sondages incensurables et sans truquages

Image

Combien de sondages sur twitter ou des médias de masse sont supprimés une fois que les résultats commencent à pencher un peu trop loin du discours officiel ? En voici un bel exemple tout frais de cette semaine, par une émission de télé bien connue. Ils ont prétendu que les résultats seraient annoncés à l’émission suivante, mais après plus de 9000 votes, le sondage n’allant pas dans leur sens, il a été tout simplement supprimé de twitter, et évidemment aucune mention n’en a été faite lors de l’émission qui a suivi.

Le fait de passer par la blockchain garantirait l’impossibilité de supprimer un sondage une fois créé. On ne pourrait plus aussi facilement tricher avec les sondages en supprimant ceux dont les résultats dérangent.

Mais comment empêcher de truquer le sondage ?

Voilà une excellente question ! Et aussi une des plus difficiles mais aussi des plus passionnantes à résoudre. Si ce sujet vous intéresse nous y avons consacré un article entier:

Projet 4 : gouvernance participative locale

Vous l’avez peut-être déjà compris: les projets précédents nous mènent dans une direction commune. Le premier projet permet de s’organiser géographiquement, le second de communiquer sans crainte d’être censuré, et le troisième de réaliser des votes décentralisés mais fiables.

Voyez-vous où nous voulons en venir ?

Tout cela permet de créer une société d’individus libres et capables de s’organiser en autonomie, pour faire leur vie entre eux sans avoir besoin de dépendre en permanence d’autorités corrompues ou corruptibles.

Le dernier projet que nous proposons est donc la mise en place d’outils de gouvernance participative. Les 3 projets précédents pourraient s’intégrer directement dedans, mais il est aussi possible de commencer directement avec ce dernier projet.

Il s’agirait de mettre à disposition de n’importe quel groupe des outils blockchain pour organiser des débats, des votes, ou des recrutements de nouveaux membres selon des règles spécifiques.

On peut imaginer que chaque nouveau membre doit être recruté par un membre actuel dont il se porte garant. Le nouveau membre arrive alors au niveau 0 et y reste tant qu’il n’a pas passé une certaine période de temps ou bien reçu un certain nombre d’approbations. En cas de comportement malveillant, il serait expulsé et son garant pourrait l’être aussi.

Imaginez une application de communication intégrant toutes ces fonctions à la porté de tous. Ensuite rajoutez la possibilité d’organiser des sondages ou référendums d’initiative populaire (RIC) en un clic !

On pourrait alors utiliser ce système pour créer des associations virtuelles avec des buts spécifiques, tout en limitant au maximum le fait que ces groupes soient infiltrés par des acteurs malveillants. Bien sur, il faudra de nombreuses tentatives avant de trouver les systèmes qui tiendront l’épreuve du temps, mais il faut commencer quelque part.

Alors, prêt à porter le monde de demain ?

Nous vous avons présenté 4 projets blockchain qui permettraient de renverser l’équilibre des pouvoirs en donnant un avantage certain aux défenseurs de la liberté, mais le travail ne fait que commencer. C’est maintenant qu’il s’agit de se retrousser les manches et de se mettre à construire un avenir meilleur pour tous.

Nous allons le faire peu importe le temps que ça prendra, et toutes les aides sont les bienvenues, mais si vous voulez le faire entièrement de votre coté, nous vous disons: allez-y, volez nos idées et passez à l’action !

C’est à nous qu’il appartient de prendre la responsabilité de créer la société dans laquelle nous voulons vivre, telle la légende d’Atlas portant le monde.

Il est temps qu’Atlas se relève. Et Atlas, c’est vous.

Newsletter

Inscrivez vous pour rester informé de nos progrès. Nous garderons votre email mieux que si c'était le notre !

Vous êtes aussi libre de découvrir comment nous soutenir et aider à la création de notre réseau blockchain décentralisé sur lequel la censure est impossible: découvrir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.