La guerre contre Bitcoin: a-t-il vraiment été corrompu ?

  • par

Voici LA chronique à découvrir, intitulée: La guerre contre Bitcoin. Idéal pour comprendre certains tenants et aboutissants !

Bitcoin est peut-être le meilleur outil de liberté économique de cette génération, et peut-être depuis plusieurs générations. Malheureusement, Bitcoin a été furieusement étouffé par une guerre civile brutale depuis 2015. Cette guerre digitale a été menée par les ingénieurs sociaux professionnels de certaines des entreprises les plus puissantes des médias sociaux. Leur talent dans l’art et la science de la manipulation a permis aux « Bitcoiners » de se battre largement entre eux plutôt que de chercher à créer des modèles commerciaux innovants basés sur les données qui pourraient révolutionner l’économie mondiale grâce à Bitcoin.

À la suite de la guerre civile de Bitcoin, trois versions concurrentes principales ont vu le jour: BTC, BCH et BSV. Retenez bien que le « Bitcoin » dont vous entendez parler est toujours BTC, puisque c’est lui qui a gagné la guerre médiatique.

Mais il faut aussi comprendre que cette manipulation médiatique est aussi fortement active sur les quelques 3000 autres projets et tokens (ou jetons) de «cryptomonnaie» se faisant passer pour des entreprises légitimes, souvent jusqu’à un « exit scam », c’est-à-dire le fait de disparaitre du jour au lendemain avec tout l’argent des utilisateurs. Il faut donc être très prudent, surtout quand il s’agit de nouveaux tokens ou jetons prometteurs. Ces tokens ou jetons sont comme des cryptomonnaies mais plus facile à créer car se basant sur une blockchain existante.

Le principal bienfaiteur de la guerre civile de Bitcoin a été Ethereum: une cryptomonnaie qui fonctionne comme une machine d’états et permet un déploiement facile de tokens et de contrats intelligents, c’est à dire qui peuvent réagir de façon automatisée. Mais le protocole Ethereum n’a pas tenu le passage à l’échelle voyant ses frais exploser jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour certaines transactions basiques ! Et parmi les milliers de projets lancés, seule une poignée peuvent être présentés comme pouvant devenir des entreprises légitimes. Une bonne partie des autres sont des pyramides de Ponzi ou des attrape-nigauds visant à enrichir les développeurs en arnaquant les investisseurs amateurs avec de belles promesses qui ne se réalisent jamais.

De plus, posez vous la question: si Bitcoin est un danger pour le système en place, ceux qui profitent du système actuel n’auraient-ils pas cherché à l’arrêter après plus de 10 ans ? Et si des personnes malintentionnées avaient infiltré le projet Bitcoin et réalisés qu’ils ne pouvaient pas l’arrêter, auraient-ils abandonnés ? Non, ils auraient cherché à le détourner de son but initial, le corrompre de l’intérieur, détruire ce qui faisait son potentiel. Cela leur aurait donné le parfait cheval de Troie pour présenter un projet à vocation initiale liée à la liberté tout en introduisant leur version corrompue, volontairement limitée pour en contrôler les accès devenus couteux et donc rares et facile à contrôler.

C’est dans ce contexte que les défenseurs de BTC, de BCH, les porte-paroles d’Ethereum et les supporters de la plupart des autres cryptomonnaies se sont alignés pour attaquer le protocole Bitcoin d’origine. Une industrie composée en grande partie de profiteurs et d’arnaqueurs s’est unie en citant – et c’est là l’ironie ! – une prétendue fraude et arnaque présumée qui serait la sauvegarde du protocole d’origine de Bitcoin.

Nous devons nous demander pourquoi ?

Quel est le différenciateur clé ?

Pourquoi autant se sont-ils tous unis contre lui pour cette raison ?

Je suis fermement convaincu que pour la plupart, la motivation est la peur de la capacité du protocole d’origine de Bitcoin à absorber l’économie mondiale et tous les autres projets «crypto» qui vont avec. Pour les autres, ou ceux qui ne comprennent pas le potentiel de Bitcoin, ils sont entraînés dans une guerre civile et culturelle qui les dépasse. Il est essentiel de comprendre les pouvoirs en jeu et leurs implications pour Bitcoin et l’économie mondiale.

Une histoire brève de Bitcoin

Bitcoin a été lancé avec un « livre blanc » sur la liste de diffusion de cryptographie en 2008. Le pseudonyme « Satoshi Nakamoto » a déclaré une solution au problème de la double dépense. Or il s’agit là du problème de tous les systèmes de paiement électronique précédents, et c’était le seul facteur limitant l’adoption d’une monnaie digitale fonctionnelle. Mais qu’est-ce que le problème de la double dépense ? Pour faire simple, il était impossible de prouver exactement qui possédait quelles unités d’argent sur des registres distribués, de sorte que les utilisateurs ne pouvaient pas avoir confiance dans le système, et ces projets mourraient assez vite. Bitcoin a résolu ce problème avec un concept appelé la « preuve de travail ».

La preuve de travail pose la question: qui a utilisé le plus de puissance de calcul pour résoudre des énigmes arbitraires ? ceci afin de rendre compte de l’état du registre d’une manière qui coûte de l’argent, de sorte qu’il y ait une incitation économique à tenir un compte honnête des avoirs de chacun des participants. Ce processus est souvent appelé « exploitation minière » car les nœuds honnêtes qui maintiennent l’état du registre sont récompensés pour leur travail avec des nouveaux Bitcoins toutes les dix minutes – un peu à la même manière d’un mineur d’or qui est récompensé par de l’or en échange de son travail.

Le début du fameux livre blanc écrit par le fondateur de Bitcoin et publié en 2008 pour le lancement de Bitcoin

Étant donné que Bitcoin n’avait aucune valeur lors de son lancement, il était extrêmement facile à miner et également gratuit d’envoyer des milliers de transactions. En théorie, il s’agissait d’un vecteur d’attaque par déni de service (DoS). Une attaque DoS se produit lorsque les nœuds d’un réseau sont inondés de plus de données qu’ils ne peuvent en gérer et qu’ils se mettent donc à planter.

Sur le jeune réseau Bitcoin, un crash comme celui-ci aurait été considéré comme un échec du réseau. Pour empêcher cela, un plafond artificiel de 1 Mo de données par chaque dix minutes de transactions a été codé dans le logiciel – semant sans le savoir la première graine de la guerre civile Bitcoin. De 2009 à 2017, cette limite de 1 Mo sur le total des transactions était l’aspect technique le plus controversé du Bitcoin et le déclencheur de la plus grande guerre civile virtuelle de l’univers de la cryptomonnaie.

Pourquoi est-ce aussi important?

Une seule transaction basique de Bitcoin est relativement petite du point de vue des données, donc 1 Mo toutes les dix minutes donne environ trois à sept transactions par seconde avant que le réseau ne devienne trop encombré. Satoshi Nakamoto le créateur, a plaidé pour un nombre de transactions du niveau de Visa et bien plus, ainsi que son successeur direct en tant que développeur principal du projet, Gavin Andresen. C’est à dire qu’il envisageait que le réseau Bitcoin atteindrait rapidement les 1700 transactions à la seconde qui est le niveau de VISA, bien loin des 7 transactions par seconde au maximum du BTC.

Certains des premiers Bitcoiners influents comme Mike Hearn et Jeff Garzik ont ​​également plaidé pour plus de données par bloc pour permettre à Bitcoin de se développer et de rester le meilleur système de paiement électronique. Ils étaient pour des «grands blocs» contrairement au camp des «petits blocs» qui préconisaient de garder de façon permanente la limitation de 1 Mo des blocs.

Le camp des « petits blocs » estiment que Bitcoin n’est pas un réseau de paiement, mais plutôt qu’il s’apparente à une banque décentralisée conçue pour stocker des Bitcoins qui ne bougent jamais: une sorte de coffre-fort d’or numérique. Ils voulaient que la limite de taille des blocs de 1 Mo reste permanente sous les auspices de chaque personne exécutant un «nœud complet» sans avoir à payer trop d’espace sur son disque dur. Cela signifierait qu’en période de congestion, les frais de transaction deviendraient absurdement élevés, mais cela n’aurait pas d’importance car le bitcoin ne devrait pas être utilisé pour des envois sauf en très grande quantité.

En décembre 2017 les frais de BTC ont ainsi atteint les $50 par transaction. L’autre problème est que s’il est bon marché de rejoindre la gouvernance de Bitcoin, alors le réseau est facile à attaquer par sybil, et je dirais que BTC est en partie contrôlé par des sybils à ce jour.

Définition Wikipédia d’une attaque Sybil

Le camp des « grands-blocs » estime que tout le monde sur terre devrait être en mesure d’échanger et de faire ses affaires sur Bitcoin pour des frais infimes, de l’ordre d’un centième ou millième de centime par transaction. Et ceci afin d’apporter à la population mondiale la liberté monétaire, y compris aux pays les plus pauvres qui sont gardés en dehors du système actuel car considérés comme pas assez profitables pour des entreprises comme Visa.

A l’inverse, les « petits-blocs » pensent que tout le monde devrait être en mesure de gérer soi-même le registre mondial sur son ordinateur, mais que seules certaines personnes très riches devraient pouvoir effectuer des transactions, ce qui est le cas quand les frais sont à $50 par transaction comme en 2017.

Après des années de querelles, en 2017, Bitcoin s’est scindé en deux chaînes distinctes, et en 2018, il s’est à nouveau divisé.

Les évolutions des symboles n’ont pas suivis les évolutions des protocoles. Ainsi, BTC à changé le protocole en gardant le symbole « BTC » alors que BSV à préservé le protocole d’origine en se voyant obligé de changer de symbole.

Alors quelle est la différence entre ces trois versions ?

  • BTC est actuellement la version qui a le prix le plus élevé, avec la plus petite taille de bloc et la plus grande puissance de calcul. On peut dire que BTC a gagné la guerre médiatique. Malheureusement, il est régi par des développeurs et des sybils qui contrôlent le consensus grâce à une utilisation intelligente de logiciels malveillants appelés «soft-fork» qui leur permet de saper les règles du Bitcoin. Ils utilisent ce pouvoir pour changer les règles des transactions en mentant aux nœuds et en leur disant de les valider quand même. Toute la culture BTC consiste désormais à acheter du BTC afin de le conserver jusqu’à un moment dans le futur où il serait revendu à un prix exorbitant et ils aiment parler en ce sens d’or numérique. Le but est de spéculer au maximum. Les paiements avec BTC, particulièrement les petits paiements, ou les transactions de toute nature non-monétaires, sont méprisés et de toute façon impossible avec des frais de $17 à $50 par transaction.
  • BCH est un réseau basé sur Bitcoin qui pense que les blocs devraient être à peine légèrement plus grands, mais ils ont également des développeurs en charge des règles, tout comme BTC, et ils pensent que Bitcoin devrait être utilisé uniquement pour le commerce de détail, mais pas beaucoup plus. Le réseau change de règles tous les six mois. Les transactions non commerciales sont en général méprisées. Un nouveau scindement de BCH s’est produit en novembre 2020 suite à des conflits internes et l’incapacité à avoir un système de gouvernance dans un projet où les règles changent en permanence, le réseau BCH s’est séparé en BCHA et BCHN.
  • BSV est la version restaurée du protocole Bitcoin original avec tous les limites supprimées afin que les nœuds honnêtes puissent s’engager dans un consensus conformément au livre blanc de Bitcoin – par la preuve de travail. Le protocole est gravé dans la pierre afin que les développeurs de logiciels ne puissent pas bricoler les règles. Cela permet aux entreprises de planifier des décennies d’utilisation du réseau et d’investir en toute confiance. Il s’agit d’apporter une réelle innovation technologique au monde plutôt que de spéculer. En tant que seul réseau bitcoin totalement sans besoin d’autorisation, le commerce de toute nature est encouragé sur BSV. Tout, allant des réseaux sociaux incensurables aux expériences de science des données météorologiques ou aux tests de disponibilité du web, est encouragé. Paiements de détail, tokenisation, ou tout autre type de contrat intelligent est simple à déployer sans limitations. Bitcoin SV n’a aucune limite dans son protocole sauf l’esprit humain, l’innovation et l’esprit d’entreprise. Il vise également une adoption mondiale notamment par les pays pauvres afin d’apporter la liberté monétaire et l’inclusion dans l’économie mondiale des pauvres que les grandes entreprises actuelles comme Visa dédaignent comme pas assez profitables pour leur accorder leur services.
LIRE  Discours de Francisco d’Anconia sur l’argent (La Grève)

Et c’est la racine de la haine envers lui

Les « petits-blocs » ont investi toute leur réputation et leurs moyens de subsistance sur la notion que le bitcoin est incapable de s’adapter. Pendant des années, des experts présumés ont convaincu de nombreuses personnes que les limites de taille de bloc de 2 Mo, 8 Mo ou 22 Mo casseraient littéralement Bitcoin. Ils ont furieusement mis en jeux leur réputation sur ces fausses notions. Et rapidement ensuite, BSV a eu de nombreux blocs de plus de 100 Mo. En fait, il y en a même eu depuis plusieurs de plus de 1 Go (soit plus de 1000 Mo)! Cela à permis de prouver enfin que les petits-blocs se trompaient depuis le début sur les limites du réseau.

Mais cette prise de conscience est une menace pour l’hégémonie de l’histoire médiatique qui a été crée sur Bitcoin. Depuis 2015, lorsque le Dr Craig Wright est apparu sur les lieux pour expliquer que le bitcoin avait en réalité ZERO limitations, il a créé une réaction massive parmi l’intelligentsia des petits-blocs. Les leaders d’opinion de l’époque étaient payés pour prendre la parole lors de conférences où ils expliquaient à tort que Bitcoin n’était rien d’autre qu’une réserve de valeur rare sans autre utilité, et ne devait surtout pas être utilisé par les plus pauvres, ils vantaient Bitcoin en tant « qu’or digital ».

Le Dr Wright, lui, parlait de l’échelle illimitée du réseau, de son exhaustivité de Turing, de l’objectif d’inclure enfin les plus pauvres dans l’économie mondiale, et d’autres notions inconcevables à l’époque sur Bitcoin. Sa passion et ses connaissances se sont heurtées à des calomnies et des railleries. Ils se sont concentrés sur l’attaque de son personnage au lieu d’argumenter sur le fonctionnement et le potentiel de Bitcoin !

On peut comprendre pourquoi ceux qui profitent de la spéculation sur le Bitcoin actuellement n’apprécient pas beaucoup le Dr Wright à la suite de ce genre d’affirmations

Depuis, c’est devenu l’une des principales méthodes d’attaque des petits-blocs. Lorsque les gros-blocs parlent des capacités de Bitcoin, ils sont ridiculisés en tant qu’escrocs et le sujet est toujours dirigé très loin de la discussion technique, car les petits-blocs savent bien qu’ils en sortiraient perdants. Ils fouillent les dossiers personnels et cherchent des moyens de faire taire les gens du camp des grands-blocs de Bitcoin par des attaques personnelles – de la même manière que les guerriers de la justice sociale s’engagent dans la culture d’annulation contre leurs ennemis politiques.

Le cas Gavin Andresen

Bitcoin scientist Gavin Andresen backs founder's claim - BBC News

Une des actions les plus abjectes menée par les petits-blocs a été de supprimer les accès du développeur en chef du projet Bitcoin, nommé Gavin Andresen. Ils ont fait cela à la suite de son annonce que Craig Wright était Satoshi, le mystérieux créateur de Bitcoin.

Vous devez comprendre que le jour où le créateur de Bitcoin a décidé de quitter le projet, il a confié le code de Bitcoin à la personne avec qui il avait le plus travaillé dessus et en qui il avait le plus confiance. Et cette personne était Gavin Andresen, un développeur très talentueux et connu pour son humilité.

Gavin, de nature trop gentil et un peu trop naïf, a considéré que c’était un poids trop lourd à porter seul, et il a fait venir plusieurs autres développeurs comme administrateurs du projet. Et ensuite ces administrateurs l’ont trahis et se sont retournés contre lui pour l’éjecter ! Ils l’ont fait en prétendant qu’il n’aurait jamais pu dire que Craig Wright était Satoshi et que son compte avait du être hacké. Mais même après qu’il ait confirmé ses propos en public et en direct à la BBC, ils ne lui ont jamais rendu l’accès au code de Bitcoin !

En 2016, Gavin a déclaré lors d’une interview filmée à la BBC:

Oui je pense que Craig est Satoshi, je l’ai rencontré à Londres et il correspond au type de personne avec qui j’interagissais en tant que Satoshi en 2010. Il m’a aussi fournit des preuves cryptographiques en utilisant la clé du tout premier bloc bitcoin, pour prouver qu’il possédait cette clé. Pour moi il me l’a prouvé au delà de tout doute raisonnable. Je crois qu’il pense ne plus avoir le choix (de rester anonyme), car des informations ont déjà fuité à son sujet.

Gavin Andresen en 2016

Qui est le Dr Craig Wright et que fait-il ?

Craig Wright est le scientifique en chef d’une société de recherche sur Bitcoin au Royaume-Uni appelée nChain : une société de plus de 200 informaticiens. Craig dirige l’équipe qui étudie les possibilités de Bitcoin et de ses applications dans le monde. Il est l’un des experts en cybercriminalité les plus reconnus au monde avec les certifications SANS et GIAC ainsi que les titres GSE CISSP, CISA, CISM, CCE, GCFA, GLEG, GREM et GSPA. En outre, il est un polymathe multidisciplinaire possédant un doctorat en informatique, un en économie et un troisième en théologie ainsi que le titulaire de 2 maîtrises: une en statistique et une autre en droit commercial international.

Le Dr Wright s’exprime dans cette vidéo qui retrace les évènements majeurs de son histoire dans la sphère publique et la communauté Bitcoin

En 2015, il a également été exposé par une publication conjointe de WIRED et Gizmodo en tant que Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin.

Quelques jours après cette révélation, les gens qui le soutenaient ont vu leurs clés d’accès au code de Bitcoin révoquées, et de nombreux autres ont été instantanément bannis. Craig a été mis sous enquête par le bureau des impôts australien pour ce qu’ils considéraient être une erreur de comptabilité de ses bitcoins. Les retombées ont été agressives et rapides, avec une gigantesque armée de petits-blocs, organisée sur Reddit et d’autres forums, et nouvellement financés par l’argent de la startup pro petits-blocs appelée «Blockstream». Leur message était clair: « Bitcoin doit garder de petits blocs! Le Bitcoin ne peut pas évoluer et doit rester réservé aux riches, et toute personne proche de Craig Wright sera harcelée pour se conformer à une armée de comptes Twitter anonymes. »

Voici un schéma qui retrace les financements de Blockstream et révèle comment le groupe Bilderberg, la banque centrale américaine (FED) et Mastercard on pris le contrôle du réseau BTC via Blockstream afin de le soumettre à leurs propres profits:

Et le fameux Tulip Trust ? 🌷 

Au cours des années suivantes, Ira Kleiman, frère du défunt Dave Kleiman, a poursuivi Craig Wright en justice pour sa part du prétendu «Partenariat Satoshi Nakamoto», affirmant que son frère Dave était plus impliqué qu’il ne l’était réellement dans la création de Bitcoin. L’affaire est en cours actuellement jusqu’à courant 2022. Ira Kleiman pense que Craig est Satoshi et il a investi une fortune incalculable dans cette attaque. Il a aussi obtenu l’argent d’investisseurs extérieurs pour poursuivre sa poursuite. Il est clair que ses bailleurs de fonds pensent que Craig est également Satoshi.

Les critiques qualifient souvent la révélation publique et le procès public de Wright de ternir énormément sa réputation, mais il convient de noter que les deux sont arrivés à Wright malgré sa volonté et qu’il ne souhaitait clairement pas être pris dans l’une ou l’autre situation.

Au lieu de cela, Craig est un défenseur passionné de la vision d’un Bitcoin avec de grands blocs, appelant à la professionnalisation, à la légalisation et à l’utilisation mondiale de Bitcoin pour une utilisation à tous les niveaux du commerce. La réponse à la passion de Craig et à ses affirmations a été d’attaquer sa réputation et d’endosser Internet avec le surnom de «Faketoshi». Lorsque de simples brimades ont échoué contre le Dr Wright, des attaques ont été intensifiées pour remettre en question ses divers diplômes, des pétitions aux universités pour enquêter sur lui pour faire annuler ses thèses de doctorat, etc. Wright a même revendiqué des menaces contre la vie des membres de sa famille et il y a plus qu’une preuve que, selon Ian Grigg, une des légendes de la cryptographie:

Des gens sont morts pour Bitcoin, croyez moi, des gens sont morts.

Ian Grigg, légende de la cryptographie

Les attaques en cours

Cela ne peut être assez souligné: la communauté des petits-blocs est construite autour de tactiques d’ingénierie sociale professionnelles. Gregory Maxwell, co-fondateur de la société Blockstream, a été formé à la pratique de l’ingénierie sociale et l’a utilisé de manière si subversive comme un outil de propagande pendant son mandat en tant que modérateur rémunéré de Wikipedia, qu’il a finalement été démis de ses fonctions avec les journaux d’administration citant une litanie d’infractions, notamment:

«Gmaxwell s’est engagé dans la création de faux comptes en masse…» – Alhutch 00:05, 23 janvier 2006 (UTC)

«Menaces, insultes grossières, usurpations d’identité d’un administrateur», -Husnock 03:18, 25 janvier 2006 (UTC)

«Son comportement est scandaleux. Franchement, il est hors de contrôle à ce stade. Son comportement d’intimidation doit cesser.» – FearÉIREANN 19:36, 22 janvier 2006 (UTC)

«Sa liste de contributions est hors de propos. C’est du vandalisme. C’est un comportement auquel je m’attendrais d’un éditeur en furie, et franchement, c’est tout ce qu’est Gmaxwell.» – Splashtalk 20h00, 22 janvier 2006 (UTC)

«Prétend être un administrateur, menaçant de bloquer les personnes qui ne sont pas d’accord avec lui, fait régulièrement des attaques personnelles» – SlimVirgin (talk) 12h22, 22 janvier 2006 (UTC)

Il passe beaucoup de temps sur Reddit et d’autres forums à semer la peur sur les dangers des grands blocs, et il a été surpris en train de faire semblant d’être plusieurs comptes à la fois en train d’avoir de très longues discussions techniques sur Reddit destinées à submerger les nouveaux arrivants avec ce qui ressemble à un débat intellectuel contre une version de Bitcoin libéré des limites du BTC.

Qui d’autre est attaqué?

Calvin Ayre, le fameux entrepreneur qui fut le pionnier des casinos en ligne, un des pionniers d’internet et qui investit désormais massivement dans l’écosystème BSV

L’autre cible commune de la machine de guerre médiatique anti-BSV est Calvin Ayre: un milliardaire à la tête du groupe Ayre. Calvin est un entrepreneur canadien et antiguais qui fut l’un des pionniers d’internet en lançant un incubateur à Vancouver au tout début du boom Internet. Fils d’un agriculture et éleveur, Ayre est surtout connu pour la création et la professionnalisation de l’industrie du jeu en ligne.

LIRE  Surpopulation: allons nous manquer de ressources?

Plus particulièrement, sous la marque Bodog, Ayre a aidé à moderniser les lois financières américaines en poussant les limites dans les marchés gris qui existent où les dollars américains sont utilisés à travers les frontières pour s’engager dans un commerce juridiquement compliqué comme le jeu d’argent. Son travail dans ce domaine lui a valu une petite fortune et un passage sur la liste des «plus recherchés» du gouvernement des USA. C’est un point sur lequel les petits-blocs aiment se concentrer, mais en le sortant toujours de son contexte. Calvin a fini par plaider coupable à une accusation mais a été le fer de lance de la modernisation des lois américaines qui existent aujourd’hui sur les marchés. Calvin est le bienvenu aux États-Unis malgré la critique souvent citée selon laquelle il serait une sorte de hors-la-loi.

Dans l’économie Bitcoin, Ayre est une figure importante dans la gestion de nœuds Bitcoin sous les marques CoinGeek et TAAL, et il est un investisseur dans plusieurs startups Bitcoin. Bien qu’il soit probablement un des plus gros investisseurs à ce jour, il n’est pas le monopole que les petits-blocs essayent de laisser croire. Il est important de comprendre que des segments entiers et majeurs de l’écosystème BSV existent complètement en dehors de son influence.

Twetch, par exemple, est une entreprise indépendante appartenant à l’écosystème BSV, il s’agit d’un réseau social décentralisé qui est célèbre pour ses attaques contre les médias sociaux centralisés qui abusent de la censure. Ils sont même connus pour se moquer des entreprises qui acceptent l’argent d’Ayre, en plaisantant que Calvin possède tout sauf Twetch. Bien sûr, ce n’est qu’une blague.

Un autre excellent exemple est l’investisseur et entrepreneur indépendant Jack Liu : ancien dirigeant de Circle et de OKEX. Liu possède la marque de hackathons CambrianSV ainsi que des propriétés précieuses dans l’espace BSV telles que RelayX, Streamanity, Output Capital, FloatSV, Dimely et d’autres.

Un des autres acteurs clés sont MatterPool et leur écosystème Mattercloud: une collaboration entre des acteurs indépendants. Bien sûr, il existe également des marques précieuses financées par Ayre. Il s’agit notamment des investissements dans HandCash, Centi, TonicPow ou encore PlanariaCorp.

Une autre mesure importante à prendre en compte est la distribution de la puissance de hachage, c’est à dire la puissance de calcul du réseau. Alors qu’au tout début de BSV, les entreprises appartenant à Ayre représentaient une quantité importante de hachage sur bitcoin, et ce afin d’assurer sa survie, BSV est aujourd’hui parfois en grande partie exploité par des mineurs concurrents de Ayre tels que Binance, F2Pool, OKEX et ViaBTC – dont aucun n’est «ami» de BSV ou d’Ayre, mais beaucoup se déclarent les ennemis. Ces mineurs soulignent bien la nature ouverte et sans permission de BSV qui permet à quiconque de participer, et même à ses ennemis !

Pour conclure à son sujet, Ayre est un acteur important dans BSV, et il a toujours été un visionnaire de la technologie. Mais en aucun cas il ne contrôle la direction de la blockchain ou des entreprises indépendantes dans l’économie BSV.

Mais pourquoi Craig poursuit-il des gens en justice ?

Tout d’abord, et c’est crucial, le procès le plus important de Craig est l’affaire Kleiman. Les autres cas existent uniquement à cause de la diffamation publique du Dr Wright. Le hashtag #CraigWrightIsAFraud circula largement, poussé en grande partie par un mélange de personnages anonymes sur Twitter. Plus particulièrement, et après de nombreuses diffamations, un certain «Hodlonaut» a été averti qu’une accusation publique de fraude courait à son encontre. La carrière du Dr Wright est en informatique et en cyber-criminalité, donc l’accuser en public d’être une fraude sans preuve valable lui cause un préjudice professionnel dans son domaine d’expertise. Puisque «Hodlonaut» a refusé de cesser, il lui a été envoyé une requête pour être vu au tribunal afin de pouvoir apporter les preuves de ses accusations. Cela a causé le célèbre podcasteur de petits-blocs Peter McCormack à mendier d’être poursuivi lui aussi – en augmentant la rhétorique diffamatoire. À sa demande, il a lui aussi été poursuivi en justice pour être vu au tribunal. Le Dr Wright à depuis abandonné tous ses procès pour diffamation, jugeant qu’il avait mieux à faire, à l’exception de celui contre McCormack qu’il souhaite continuer pour l’exemple.

Cela a aussi engendré la campagne #DelistBSV menée en partie par «CZ», le PDG charismatique de Binance-Exchange. Divers autres échanges comme Shapeshift et Kraken ont publié des sondages twitter demandant s’ils devaient emboîter le pas, et des petits-blocs bien organisés ont voté en masse pour retirer BSV des échanges – citant le Dr Wright pour avoir intenté des poursuites en diffamation contre Hodlonaut et McCormack. Finalement, BSV a été retiré de Binance, ShapeShift et Kraken. Il a également été noté publiquement par Coinbase et Gemini qu’ils ne soutiendraient pas cette version de bitcoin. Il faut noter qu’après 2 ans, Binance a retourné sa veste et est aujourd’hui devenu un des mineurs de BSV.

Au fur et à mesure que les choses progressaient, le fondateur de bitcoin .com, Roger Ver, a également réalisé une vidéo publique déclarant Wright comme arnaqueur, alors qu’il avait précédemment annoncé avoir eu la preuve formelle que le Dr Wright était bien Satoshi Nakamoto. Sa vidéo diffamatoire a été postée après avoir travaillé en secret avec les développeurs pour coder des points de contrôle dans le logiciel de Bitcoin Cash, cassant le protocole de Bitcoin et divisant de manière permanente le réseau pour la deuxième fois – un acte auquel le Dr Wright s’était opposé. Roger Ver a été averti que s’il continuait, des poursuites juridiques similaires se présenteraient, mais il à décidé de poursuivre les accusations publiques jusqu’à ce qu’il soit également entendu devant le tribunal pour fournir des preuves. Aucune preuve de fraude n’a jamais été fournit, mais le Dr Wright a depuis abandonné ses poursuites contre lui pour se concentrer sur son procès avec Kleiman et celui avec McCormack ainsi que son travail sur Bitcoin.

Et maintenant ?

Nous avons établi l’histoire du Bitcoin, de sa guerre civile, des attaques publiques contre Wright, Ayre et BSV. Au moment d’écrire ces lignes, nous pouvons revenir sur les attaques contre Thomas Lee, Tim Draper et Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia, pour avoir eu une proximité avec BSV. Malgré la pression sociale, le rapport technique Fundstrat de Lee a rendu un examen élogieux du protocole stable et de l’évolutivité infinie de BSV. Lee et son équipe étaient heureux de prendre la parole lors des événements BSV organisés par CoinGeek, même après les menaces publiques.

Malgré les campagnes de harcèlement social, la conférence Coingeek2020 à Londres rassembla plusieurs milliers d’intéressés

Pour la conférence CoinGeek 2020 à New York, McCormack, Hodlonaut, et d’autres acteurs tels que Dan Held de l’échange Kraken et toute une cacophonie de trolls anonymes sur Twitter ont mis à profit leur expérience de la culture d’annulation à la bolchevique. Ils ont fait pression sur l’orateur Gary Vaynerchuk, célèbre entrepreneur New-Yorkais, ainsi que d’autres orateurs prévus pour cette conférence, afin de les forcer à annuler leur participation. Cette attaque sociale contre BSV, Dr. Wright, Ayre et les autres entreprises qui utilisent le réseau BSV pourrait être un gigantesque cas de fraude à la consommation.

Ils trompent activement les gens en leur faisant croire que le protocole stable et l’évolutivité infinie de Bitcoin préservé par BSV sont en quelque sorte dangereux, alors qu’en fait, le protocole et le réseau sont imperméables à toutes les attaques, à l’exception de leur ingénierie sociale.

Bitcoin SV s’est développé professionnellement avec un portefeuille de brevets de protection de niveau mondial. Il est utilisé par des entreprises indépendantes afin d’apporter des innovations technologiques et possède un groupe décentralisé de nœuds honnêtes qui sont en concurrence. Le réseau est stable, sécurisé et en croissance grâce aux investissements de nombreuses petites entreprises. Les transactions sont instantanées avec des frais de 0.0002€ par transaction en moyenne, explosant tous les records de compétitivité des cryptomonnaies et permettant aux plus pauvres de la planète d’enfin accéder à l’économie digitale mondiale.

La blockchain BSV a depuis 2021 largement explosé les records de données de BTC qui reste pourtant plus connu du grand public

Les mensonges sont basés sur une campagne massive de dénigrement perpétrée par des communautés qui craignent l’adoption mondiale de BSV comme outil de commerce décentralisé et ce que cela va signifier pour eux. L’histoire ne sera pas douce avec ces manipulateurs et leurs réseaux financés par les fraudes probables de certains échanges de cryptomonnaies off-shore, le (très probablement) frauduleux Tether Stablecoin, et l’économie des arnaques de « pump-and-dump » qui sous-tend la majorité du volume de négociation de l’ensemble de l’économie cryptomonnaie actuelle.

C’est une guerre civile. Il y aura toujours des victimes. Mais alors que ses ennemis se concentrent sur des ragots, BSV veut que le monde entier soit plus libre, plus souverain et plus capable de coopérer sur un registre mondial de la vérité. Ceci afin que les entrepreneurs du monde puissent s’engager à créer des entreprises décentralisés où une multitude de services sont rendus possibles uniquement par Bitcoin.

Bitcoin est un test d’intelligence. Au fil du temps, les personnes intelligentes pourront voir à travers le brouillard de distorsion de la réalité créé pour confondre les plus naïfs et le reconnaître pour ce que c’est: une attaque coordonnée pour tenter de supprimer une technologie qui a un potentiel unique dans l’histoire de l’humanité et qui les rendra obsolètes.

Des exemples d’applications Bitcoin que vous pouvez utiliser dès aujourd’hui ?

Les applications qui sont construites sur Bitcoin et interagissent entre elles par ce biais créent ce qu’on appelle le Metanet. L’application la plus populaire à ce jour est Twetch, une version de twitter incensurable sur la blockchain.

Voilà à quoi ressemble Twetch une fois connecté

Vous pouvez également retrouver un app store complet de toutes les applications construite sur Bitcoin sur MetaStore.app

l’app store Bitcoin sur la blockchain nommé MetaStore

Sources: traduit et réécrit à partir de l’article anglais the war on bitcoin

Newsletter

Inscrivez vous pour rester informé de nos progrès. Nous garderons votre email mieux que si c'était le notre !

Vous êtes aussi libre de découvrir comment nous soutenir et aider à la création de notre réseau blockchain décentralisé sur lequel la censure est impossible: découvrir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.